Cette semaine, j'ai reçu mon édition du mois de sept-oct 2020 de La Maison Victor. Et quelle ne fût pas ma surprise de voir que ma robe Divina dans son beau tissu japonais avait été publiée dans la section Made by You. Cela me fait énormément plaisir car c'est avec l'aide des explications de la Maison Victor que j'ai cousu mes premiers vêtements. Cette publication m'a permis de me remémorer mes débuts en couture et surtout mes premiers vêtements cousus avec l'aide de ma professeur. Parmi mes première pièces, il y a la veste Jazmin, une veste dite de type "kimono".

Comme je suis une puriste/fan du Japon, je me dois de faire un aparté. En effet, kimono pour ce type de veste est un abus de langage. La veste Jazmin s'inspire plus du haori qui est une veste traditionnelle japonaise à porter au-dessus du kimono. Tandis que le kimono, pour faire simple, est une longue robe aux manches évasées et qui se ferme à l'aide d'une large ceinture appelée Obi.
L'abus de langage vient du fait que kimono en langue japonaise désigne également le mot vêtement ou plutôt ce mot désigne l'ensemble des "choses que l'on porte".

Mais revenons plutôt à Jazmin qui a été le premier vêtement que j'ai choisi de coudre de par moi-même. La première version a été cousue dans un tissu de type polyester aux motifs japonisant.

Jazmin est un modèle simple destiné aux débutants et qui convenait parfaitement à mon niveau de couture de l'époque. Pas trop compliqué mais suffisamment challengeant!

Cette veste est disponible de la taille 34 à la taille 54. Vous aurez besoin entre 1,6m et 2m de tissu en laize de 140cm selon votre taille.

Jazmin se compose de :

  • 2 devants
  • 2 dos
  • 2 manches
  • 2 bordures d'ourlets manches
  • 2 encolures devant et 2 de dos.

12 pièces donc à monter.

Même si Jazmin s'adresse plutôt aux débutants, elle recense quelques points techniques comme:

  • le montage de l'encolure dos avec couture de soutien
  • la réalisation d'ourlets
  • le montage de l'encolure devant qui demande beaucoup de minutie
  • le montage de manches.

et je me rappelle que tout cela m'avait donné du fils à retordre à l'époque ;-)

J'avais même brulé mon tissus en polyester en montant ma parmenture devant et avais dû, au bord des larmes, recouper un devant pour réparer tout cela!

Finalement, j'ai apprivoisé le modèle et 3 versions ont vu le jour. Elles ont toutes les trois des rendus très différents. En effet, la matière (son tombé) et les motifs changent beaucoup le rendu du vêtement. 

La première version est celle en polyester très souple aux motifs japonisant, la deuxième est une viscose blanche fleurie et la troisième a été réalisée dans un coton japonais aux motifs de chrysanthèmes et de chats. Cette version est un peu plus raide de par le tissus mais aussi parce que j'ai coupé le dos en une seule pièce, ce qui lui donne un petit effet "parachute".

Je prends toujours beaucoup de plaisir à les ressortir du placard et à les porter avec un pantalon ou un jeans. Je les préfère largement aux gilets et je pense que cela se voit sur les photos ;-)

J'ai bien envie après vous en avoir parlé de recouper une quatrième version... ma wishing list ne fait que s'allonger ;-)

Il est possible de réaliser des coutures contrastantes pour les parmentures, ce que j'ai fait pour les deux dernières versions. En effet, j'ai utilisé un fils fuschia pour la version blanche fleurie et un fils or pour la version noire.