Beaucoup d'instagrameurs ont publié pour la fin d'année 2019, leur top 9 des meilleurs souvenirs/moments, meilleurs endroits de vacances, meilleurs plats, réalisations... de 2019 sous le format 9 photos en 1, format proposé par Instagram.
Je me suis alors posée la question et si moi aussi je devrais vous présenter mon top 9 de mes cousettes de 2019, lesquelles choisirais-je?
C'est là que ça se corse... car J'ai eu beaucoup de mal à choisir parmi mes réalisations.

Pourquoi?
- Tout d'abord parce que je couds beaucoup. J'ai réalisé de nombreuses pièces. Et quand j'ai voulu sélectionner, il ne m'était pas toujours aisé de savoir si je l'avais cousu en 2019 ou avant,
- Ensuite parce que chaque vêtement a sa petite histoire. J'adore coudre par coup de coeur et acheter du tissus en voyage pour continuer à rêver de mes jolies destinations,
- Et enfin parce que chaque pièce m'apprend quelque chose...

Bref, j'ai dû faire un choix et j'ai retenu deux critères:
- taux de satisfaction et d'étoiles dans les yeux
- taux d'apprentissage en réalisant cette pièce.
Alors, c'est parti pour le top 9.

Numéro 1 : La blouse violette de Maison Fauve revisitée ou l'art de modifier un patron
Je pense que tout le monde a compris mon amour pour la blouse violette de Maison Fauve. Actuellement, c'est le patron que j'ai répété le plus grand nombre de fois, c'est-à-dire 7. J'en ai de toutes les couleurs, motifs... mais celle que je préfère c'est la combinaison d'un coton brodé de fleurs bleues et d'une gaze blanche à plumetis.
Pourquoi?
1. Elle est très agréable à porter
2. Elle est très jolie (étoile dans les yeux +++)
3. mais surtout j'ai appris, grâce à ma prof, à transformer le patron pour faire des manches raglan. le but était de pouvoir mettre en valeur les manches en broderie (apprentissage++)

Image provenant du site Maison Fauve

J'aime toujours autant le pli du milieu dos, le petit passepoil qui souligne la couture de l'empiècement, et les trois petits boutons qui permettent beaucoup de fantaisie et créativité.
Les deux tissus proviennent de chez Stragier et les boutons de chez Véritas.

Numéro 2: Mon maillot de bain Alerte à Malibu ou l'art de coudre le lycra
Je me suis lancée le défi depuis environ un an, comme beaucoup de couturières, de ne plus acheter les pièces vestimentaires que je savais coudre. Je n'achète donc plus de robes, jupes, sweatshirt... mais un maillot? Ben... il fallait essayer et je me suis lancée avec le livre Apprendre à coudre sa lingerie et ses maillots de bain de Charlotte Jaubert aux Editions Mango et j'ai été accompagnée de ma prof pour la réalisation de cette pièce.

J'ai choisi de réaliser le maillot proposé en couverture de livre, c'est-à-dire le maillot une pièce avec un joli noeud dans le dos.
J'ai appris à apprivoiser le lycra, la laminette, les élastiques, la résille... mais aussi la surjeteuse car pour coudre le lycra s'était bien nécessaire d'en avoir une complète maîtrise.
On y est arrivées après quelques cours et quelle fierté de porter son maillot cousu main.

Numéro 3: Le Bombers l'irrésistible des Beaux Gosses pour mon beau Gosse ou l'art de faire plaisir.
J'ai adoré faire ce modèle de bombers en wax pour mon homme. Lui a aimé pouvoir choisir son tissus, pouvoir donner son avis sur l'harmonie des couleurs, faire les essayages... bref avoir sa veste sur mesure. Il est très fier de le porter et en reçoit plein de compliments, de quoi relever le taux d'étoiles dans ses yeux et dans les miens.

Je ne m'attarde pas sur l'expérience couture que j'ai décrite dans un article précédent. Néanmoins, ce blouson m'a permis de réviser la pose des poches paysannes que j'avais déjà abordées pour des pantalons. J'ai refait une pièce d'étude pour être sûre de mon coup. D'autre part, j'ai pu m'entrainer à poser une doublure sans assistance, si ce n'est de mon homme qui supervisait les étapes d'avancement du coin de l'oeil.

Numéro 4: La robe Centaurée de Deer And Doe ou l'art de récupérer ses chutes
La robe centaurée de la marque Deer and Doe est tout comme la blouse violette un de mes plus grand coup de coeur. J'en ai réalisé 6 et chaque fois que je pars vers une destination ensoleillée, elles font parties du voyage.
Je ne m'attarde pas non plus sur les étapes couture que vous trouverez dans un article précédent.
Ce qui me plait et que j'adore : c'est pouvoir me faire des robes colorées, féminines et amusantes dans mes chutes de tissus ou dans des coupons.
Je sais déjà qu'il y aura d'autres versions en 2020.

Ma Centaurée en Corée (Séoul)

Ma Centaurée au Japon (Takayama)

Ma centaurée au Japon (Goshiki Numa)

Détail de bord roulotté

Numéro 5: Le Sweat shirt Bloom de La Maison Victor ou l'art d'utiliser sa surjeteuse de manière efficiente
Mon sweat shirt Bloom, il en existe au moins 4 versions et je l'ai toujours autant.
C'est avec ce projet sweat shirt que j'ai réellement appris à utiliser ma surjeteuse à plein rendement. Jusqu'alors je l'utilisais pour surfiler les bords de mes pièces en coton ou pour réaliser des bords roulottés mais pas pour assembler.
Après un cours de prise en main de la surjeteuse me voilà partie pour la réalisation de mon sweatshirt. Une heure d'assemblage plus tard, je pouvais porter mon sweat version jungle. Je le porte énormément. Du coup j'en ai réalisé un deuxième tout pareil comme cela pas de frustration quand le premier est au linge sale.

Depuis lors, plusieurs versions sont venues compléter la garde robe.

Numéro 6: Mes Bodies de Marie Poisson ou l'art de coudre le jersey
Et bien après avoir apprivoisé ma surjeteuse, j'ai continué sur ma lancée et j'ai réalisé mes premiers body. Grâce au patron et livret de conseils de Marie Poisson, j'ai pu réaliser plusieurs versions du body dans la version : modèle lizaig.
Je vous laisse lire les info de l'article publié précédemment.
Ce que j'en retiens surtout c'est l'apprentissage :
- de coudre des élastiques de type lingerie,
- de coudre un gousset pour le fond de culotte,
- de coudre du biais élastique.
Je trouve que ce modèle est très confortable et peut se porter avec un pantalon ou une jupe. Et puis ça change complètement des tee-shirts.

Numéro 7: Les pantalon Embrun de Maison Fauve et le pantalon tailleur de Emilie Pouillot-Ferrant ou l'art de coudre ses premiers pantalons
Si mes pièces préférées sont les jupes et les robes, j'ai bien dû me résoudre à coudre également des pantalons. J'avoue que cette pièce me faisait un peu peur avec les mesures de fourche, les poches passepoilées, la braguette...
Et puis, j'ai trouvé le patron et carnet explicatif de Emilie Pouillot-Ferrant qui est une merveille d'explications. Avec l'aide de ma prof, j'ai réalisé mon premier pantalon. J'avoue en être très fière avec ces passepoils dorés aux poches.

Et puis comme je n'avais même plus peur, j'ai continué avec le pantalon Embrun de Maison Fauve. J'adore son petit côté marin.
Si le pantalon d'Emilie m'a appris à coudre la braguette, le pantalon Embrun m'a appris à réaliser le point sellier pour mettre les surpiqûres en valeur. 

Numéro 8: La chemise de mon homme où l'art de l'habiller et de faire des économies
Mon chéri porte des chemises pour aller travailler. Il en a une belle collection mais comme vous le savez les chemises ça vieillit, ça se troue aux coudes, ça jaunit... je me suis lancée le défi de lui faire les chemises de remplacement. Chaque fois qu'une chemise est à jeter, je refais une nouvelle.
Pour info, je récupère les boutons des chemises à jeter, ce qui fait une petite économie.

Cette année 2019, mon chéri à reçu 5 nouvelles chemises: 1 blanche, 1 blanche avec col moutarde, une lignée bleue, 1 lignée bordeau, et 1 bleue à carreaux avec col Mao. Sa préférée (et la mienne d'ailleurs) c'est la blanche avec le col moutarde. Je vais en refaire d'autres dans ce style en 2020.
Les modèles présentés sont ceux du livre de ryuichiro Shimazaki, une mine d'or pour la réalisation des chemises.

Numéro 9: Mes robes de princesse de Tomoe Shinohara
ou l'art de rêver
ou l'art de redevenir une petite fille à la jupe qui tourne
ou l'art de sublimer les imprimés japonais

J'adore les robes. C'est la pièce que je préfère dans ma garde robe.
Quand je suis allée au Japon il y a 2 ou 3 ans, j'ai ramené dans ma valise le premier tome du livre "The dress - one piece" de Tomoe Shinohara.
Dans ce livre, Tomoe nous propose des robes et des accessoires. Beaucoup de ces modèles m'ont tout de suite fait de l'oeil avec leurs jolis plis, leur coupe féminine mettant la taille en valeur. Et puis, tous ces jolis détails de ceinture, de manches...
Et quand j'aime, je ne compte pas... j'en ai donc fait 4 et je ne compte pas m'arrêter là car d'autres modèles attendent.

La plupart des tissus utilisés pour ces robes viennent du Japon et principalement de Kyoto et Tokyo. Je suis une vraie fan des imprimés surtout les japonais.

Voilà, j'espère que cette sélection vous aura plus.
Je vais mieux lister mes réalisations cette année de manière à pouvoir avoir une meilleure vue d'ensemble de mes réalisations.
J'ai déjà le carnet... il n'y a plus qu'à...