On trouve de plus en plus de patrons de manteaux accessibles et bien expliqués dans les merceries et vous avez peut-être été tenté(e)s tout comme moi de réaliser votre manteau?

Peut-être vous êtes vous interrogées sur le choix du modèle, des fournitures, des techniques... et avez reporté ce projet aux calendes grecques... Et bien cet article a pour vocation de vous apporter les réponses que j'aurais moi même voulu trouver lorsque je me suis lancée dans la réalisation de mon premier manteau, il y a quelques années! 

Alors c'est parti! 

Mon premier manteau "Opium" de Deer and Doe

Doublure fleurie avec ajout d'un passepoil jaune

1 Préparer son étoffe de laine

Quand on souhaite coudre un manteau chaud, on a souvent le réflexe de se diriger vers la laine, une fibre naturelle et bien isolante qui nous garantit un projet de qualité qui va durer dans le temps. 

La laine demande une préparation avant de se lancer dans son projet pour éviter qu'elle ne rétrécisse dans le futur. La meilleure méthode est de décatir son coupon de laine et pour cela il existe plusieurs méthodes. 

Voyons cela ensemble! 

Méthodes pour décatir 

1. Décatir au fer

C'est la méthode que j'emploie le plus car tout un chacun peut la réaliser facilement dans son atelier. Pour cela, vous aurez besoin:

  • d'un fer à repasser
  • un vaporisateur
  • une surface plane 

Méthode

1. Etalez votre tissu bien à plat (sans pli)

2. Vaporisez légèrement de l'eau sur votre étoffe  

3. Passez très légèrement votre fer à repasser en mode vapeur sur votre étoffe en ayant pris soin d'avoir sélectionné le curseur sur le mode « laine » 

4. Laissez sécher bien à plat votre coupon pour que les fibres se resserrent. Ne déplacez votre coupon qu'une fois que l'étoffe est sèche et froide sans quoi vous risqueriez de le déformer.

Laine bouillie

Tweed

2. Le lavage à sec / le pressing 

Pour celles et ceux qui n'ont pas envie de réaliser un décatissage en atelier ou qui ont peur de se lancer, la solution du pressing peut aider. 

Quand vous déposez votre coupon précisez que celui-ci ne doit pas être « lavé » mais bien "passé" à la vapeur (légère) sans le plier.

3. La méthode londonienne 

C’est la méthode traditionnelle des tailleurs londoniens.  

Méthode

1 Étalez une grand essuie de bain bien à plat

2. Etalez par dessus votre étoffe pliée en deux. 

3 Vaporisez de l'eau sur le tissu 

4 Roulez la serviette et le tissu ensemble

5 Laissez sécher l'étoffe. Comptez un minimum de 24h avant de dérouler. Il faut donc prévoir votre projet un peu en avance. 

2. Coudre la laine

Choix du fil

Pour coudre votre projet en laine, vous pouvez utiliser votre fil habituel de polyester. Utilisez un fil de qualité comme la marque Gütermann, Mettler... 

Choix des aiguilles

Rappelez vous l'article sur les aiguilles machines... Plus le tissu est lourd/épais, plus le diamètre de l’aiguille (le numéro) doit augmenter.

L’aiguille 80 convient bien pour les lainages de poids moyens. Pour les lainages plus épais comme ceux utilisés pour les manteaux, il est préférable de passer au numéro 90

Fils Gütermann

Aiguilles machine

Repasser la laine

3. Repasser la laine en cours de projet

La laine est une fibre qui lustre facilement si on la repasse trop longuement ou trop intensément. 

Quand on repasse, il est donc fortement conseillé d'utiliser une pattemouille et de repasser le plus possible sur l'envers du tissus. 

Procédez par petites pressions et éviter les va et vient prolongé du fer qui laisseront des traces irrécupérables. A bon entendeur...

Les finitions pour un manteau ou une veste au top!

1. Doubler complètement le projet

La finition classique par excellence mais qui donne un résultat au top. Pourquoi pas jouer sur les motifs pour rendre votre cousette originale et unique?

Choisissez de préférence une doublure en fibre naturelle comme le coton popeline ou cotton lawn assez abordable financièrement ou si vous avez les moyens pourquoi pas une doublure en soie? 
Le coton fera barrière entre la laine et votre peau tout en respectant le tombé de votre tissu principal.  

2. Ganser les marges de coutures

Je trouve que c'est une des plus belles finitions quand on choisit de ne pas doubler son projet. Bien sur elle demande du temps et de la précision, mais quelles belles finitions une fois le manteau ouvert!   

Cette méthode est parfaitement adaptée à des projets en laine de poids moyen ou lourd mais elle a aussi son petit côté distingué pour les finitions des trenchs.  On l’évitera juste sur des tissus trop légers au risque que le biais ne leste les coutures et crée des déformations.  

Pour cette méthode, vous aurez besoin de biais de 20mm ou 27mm si votre tissu en fort épais. 

Veste complètement gansée

Ma cape Gotham avec sa capuche doublée et ces coutures gansées dans le même tissu

3 Cranter les marges

C’est la méthode évidemment la plus rapide mais aussi la moins chic. Elle sera utilisée sur les "petits" projets et sur des laines qui ne s’effilochent pas.

Elle peut être utile pour les laines épaisses, comme la laine bouillie.

Pour cette méthode, vous aurez besoin de ciseaux cranteurs de bonne qualité vu l'épaisseur à couper. 

4. Surfiler les marges

Comme la méthode de crantage des marges, le surfilage est une méthode rapide mais moins qualitative.

Pour cette méthode, utilisez votre surjeteuse avec trois fil de la couleur la plus proche de votre tissu pour que le surfil se voit le moins possible. 

5. Penser aux détails

J'aime beaucoup ajouter de jolis détails dans mes réalisations et la petite touche que j'adore ajouter à mes manteaux c'est d'une part le choix de la doublure (fleurie, géométrique...) et l'ajout de passepoil le long de la parementure. 

J'aime le contracter ou alors mettre une touche de paillettes avec des passepoils lurex

Le choix des boutons ou des brandebourgs est aussi une des partie que j'aime le plus! 

Détails de ma veste Hazel

Détail du manteau Gentleman de mon amoureux

Et vous, vous avez déjà cousu votre manteau ou celui de vos êtres chers?

Prêt(e) à vous lancer cette année?

A vos aiguilles!