Nous employons souvent les mots jean's,  denim, sergé... dans notre jargon couture... Mais finalement, connaissez-vous vraiment les différences entre ces termes ? Pour bien utiliser ces mots et en connaître la bonne définition, il nous faut remonter le temps pour en comprendre l'origine... Je vous propose donc de nous replonger dans l’histoire des toiles de coton et d'un vêtement emblématique de notre garde robe!

Allez hop c'est parti! 

Commençons par le sergé

Pour pouvoir vous parler jean's, il faut d'abord en définir l'armure...

Le sergé est une armure, c'est-à-dire une manière de tisser les fils de chaine et de trame pour créer un tissu. Il est très facile de le repérer car il est constitué de petites diagonales. Ces diagonales se créent par l'entrecroisement des fils de chaine et de trame. Le fil de trame passe sous un puis sur deux (ou plus) fils de chaîne, en décalant d'un fil à chaque passage (d'où la diagonale). 

En travaillant avec des fils de différentes couleurs, il est possible de créer des effets et des motifs comme le pied de poule et dont le plus connu est le denim! 

Et le twill alors?

Et bien le twill c'est le nom anglais du sergé... Le twill n'est donc pas une matière mais une façon de tisser le tissu. C'est comme cela que vous trouverez des twill de coton, de laine, de lin... ou encore de mélanges de matière...

Twill / sergé de lin et de coton de Atelier Brunette disponible en boutique

Denim (sergé) rouille de la boutique

Twill / sergé de viscose Hilma off white de Atelier Brunette disponible en boutique

Passons maintenant au jean, denim et celui que nous aimons tous le jean's...

Le terme le plus ancien est "jean". En effet, ce terme apparaît au 16ème siècle dans le domaine de la marine. Les anglais utilisent une toile unie bleue à armure sergé. Cette étoffe composée de fil de coton et de laine est alors utilisée pour fabriquer des voiles de navires et des vêtements de marins.

Les anglais importent cette toile du nord de l’Italie depuis le port de Gênes. Prononcée en anglais, le mot “Gênes” devient alors ”Jean” et c'est comme cela que cette première toile va obtenir son nom de jean. 

Quittons maintenant la vieille Europe pour faire un bon dans le temps de plus de deux siècles.

A la fin du 19ème siècle, de nombreux migrants débarquent aux Etats-Unis afin d'y chercher un avenir meilleur et certains se lancent à la conquête de l'ouest pour devenir orpailleurs. Les conditions de travail font que ces hommes ont besoin d'un vêtement de travail ultra-résistant et facile d’entretien. Et c'est une salopette qui va devenir "le vêtement" de travail de l'orpailleur.  Celles-ci sont fabriquée à partir de toile de tente et sont donc toutes de couleur marron.

Quelques années plus tard, un tissu traverse lui aussi l'atlantique. Ce tissu est produit dans le sud de la France et plus précisément à Nîmes. Cette toile sergée dite “de Nîmes” bleue plait beaucoup aux américains et se répand sur le nouveau continent. L'avantage de cette toile outre le fait qu'elle soit aussi résistante que les toiles de tente, c'est évidemment d’être beaucoup plus jolie en termes de couleurs! Vous l'aurez compris "la toile de Nîmes" va rapidement s'appeler la toile “denim”.

Rapidement, la toile denim devient la matière principalement utilisée pour la fabrication des vêtements de travail américains dont les fameuses salopettes dites "overalls". Forte de son succès, cette toile va se décliner  sous d'autres types de vêtements comme le fameux “jeans”, un pantalon en denim dont les poches sont renforcées par des rivets pour être encore plus résistant.

Comment le denim est-il fabriqué?

Le denim est donc un sergé dont les fils de chaîne sont teints en bleu profond et les fils de trame sont laissés blancs. Il en résulte l’effet délavé bien connu du tissu en jean. Une face du tissu finit par être bleu foncé et l’autre est pratiquement blanche. Les fils ont une très forte torsion pour rendre le tissu plus durable. Lorsqu’ils sont teints, seuls les fils extérieurs absorbent la teinture, ce qui laisse le cœur du tissu blanc. Ce fil blanc au centre crée la décoloration typique des jeans que nous connaissons bien.

Naissance du jean's

Le pantalon jean's est une invention purement américaines née de la collaboration entre le tailleur Jacob Davis et l'homme d'affaires Levi Strauss en 1873. 

Un peu d'histoire

En 1852, un immigré de Bavière nommé Levi Strauss ouvrit à San Francisco un magasin de marchandises non périssables. Et comme cet homme était un vrai entrepreneur, il avait remarqué que les travailleurs manuels avaient surtout besoin de vêtements robustes conçus pour durer. Ni une ni deux, il rajoute cela à son assortiment de produits en vogue pour les candidats à la conquêtes de l'ouest. Fort de son succès, en 1873, il eut l'idée, avec le tailleur Jacob Davis, originaire de Reno dans le Nevada, d'associer du denim résistant à des rivets en cuivre pour rendre leur produit encore plus résistant.  Les deux hommes font alors breveter leur système. Le tout premier "blue jean" était né! 

Dans ce brevet, les deux Américains imposent certaines caractéristiques à leur fameux jean notamment celles d'avoir cinq poches. Les jeans de Levi Strauss et Jacob Davis étaient au départ crées dans deux tissus différents : d'un côté, de la toile brune et de l'autre du denim bleu. En 1890, ils créent leur modèle phare le jean n°501 complètement réalisé en denim.

Les caractéristiques des jeans sont:

  • les rivets en cuivre 
  • les coutures de fils oranges
  • l’empiècement en cuir à l’arrière au niveau de la ceinture
  • les cinq poches dont deux plaqués au dos du pantalon, deux cavalière sur le devant et la fameuse petite poche.  

En 1922, ils ajoutent les passants de ceinture et à partir de 1954, des fermetures éclair vinrent remplacer la braguette à boutons.

A l’expiration de leur brevet en 1890, la concurrence s'intensifie et les grandes marques qui ont fait également l'histoire du jeans font leur apparition notamment :

  • OshKosh B’Gosh arriva ainsi sur le marché en 1895,  
  • Blue Bell (devenu par la suite Wrangler) en 1904 
  • Lee Mercantile en 1911. Pendant la Première Guerre mondiale, les jeans Lee Union-Alls étaient portés par tous les travailleurs participant à l’effort de guerre.

A quoi sert la fameuse petite poche?

Et bien pour cela, il faut bien comprendre l'histoire... N'oublions pas que le co-créateur Jacob Davis était tailleur et créait donc des vêtements sur mesure pour les riches américains. Aussi, il avait l'habitude de créer des pantalons sur mesure qui possédaient tous une petite poche pour que ses clients puissent y ranger leur montre à gousset.

Il a donc tout simplement appliqué au jeans ce qu'il faisait pour c'est pantalon tailleurs en intégrant cette poche gousset, qui mesure environ 5 cm largeur. 

Une fois la montre gousset remplacée par la montre bracelet, la poche à gousset a trouvé d'autres utilisations. En effet, elle était très pratique pour ranger son briquet Zippo, ce briquet mythique qui rentrait pile poil dans la petite poche et qui devait absolument être conservé à la verticale pour éviter que l'essence qu'il contenait se déverse.

Aujourd'hui encore cette petite poche reste encore très pratique pour glisser ses pièces de monnaie, des tickets, des préservatifs, ... je crois qu'elle a encore de l'avenir devant elle...

Coudre un jean's 

Revenons dans l'actualité... est ce difficile de coudre un jean's?

Ce n'est sans doute pas la pièce la plus simple pour débuter la couture néanmoins avec de l'entrainement et de la patience, il est tout à fait possible de réaliser vos propres jeans. Je m'y suis mise il y a deux ans car mon mari m'en réclamait et je dois dire que j'adore maintenant les réaliser 😊! 

Mes petits conseils 

1. Choisissez une toile avec un peu d'élasthanne (2 à 5%) cela rendra le jean's plus confortable et simplifiera (un peu) les ajustements pour vos premières réalisations. Nous en avons rentré de très jolis dans la boutique avec des couleurs super sympa

2. Il est nécessaire de surfiler l'ensemble des pièces de votre jean's car le denim peut s'effilocher. Vous pouvez réaliser le surfilage au point zig zag, néanmoins le surfilage à la surjeteuse donnera un bien meilleur résultat. Vous pouvez vous amuser à contraster le surfil pour que le jean's soit aussi beau à l'intérieur qu'à l'extérieur.  

3. Pour ce qui est de la couture en elle-même, on utilisera le point droit. Pour ma part, pour solidifier mes coutures, j'utilise le point sellier qui en outre permet de distinguer les points car il est plus épais. Je rallonge le point toujours à 3-3,5 c'est beaucoup plus joli

4. utilisez du fil pour denim et une aiguille denim en fonction de la toile choisie

4. Osez les coutures très contrastées. Le fil brun orangé est le classique mais pourquoi pas essayer d'autres couleurs voir même le fluo!  

5. Osez les points fantaisie pour les poches plaquées ce qui permet de personnaliser le jean's. 

6. Entrainez vous à la rectitude. Les surpiqûres caractérise également la couture du jean's. Il est donc important de maitriser la rectitude de celles-ci surtout si vous souhaitez utiliser du fils contrasté. Si vous n'êtes pas sûre de votre coup, je vous conseille de vous entraîner et de toutes façons de réaliser un test sur une chute pour évaluer l'écartement entre les surpiqûres qui vous conviendra le mieux.  Avez un peu de précision vous y arriverez c'est sûr!

Si vous avez envie de retrouver l'article consacré à la couture du jeans c'est par ici.

Quels patrons?

Il en existe beaucoup et donc la liste n'est pas du tout exhaustive. Néanmoins, j'ai fait le choix de vous proposer les patrons que je connais et dont je suis certaine des explications et des ajustements. Ce sont d'ailleurs ceux que vous trouverez dans la boutique

Chez les dames

- Iam sunshine de Iam Patterns est un jeans simple à réaliser et qui a beaucoup de succès 

- le modèle Philippine de Coralie Bijasson a une taille haute et des jambes flare (c'est le prochain sur ma liste d'envie...)

- le modèle Pénélope toujours chez Coralie Bijasson a un petit look année 70 avec ses jambes trapèze et sa découpe sous nombril. 

Chez les messieurs

Je vous propose le bad Boy des Beaux Gosses, sa coupe droite et ajustée en font un classique de la garde robe masculine. 

Comment entretenir son jean's

Après avoir cousu votre jeans, il faudra l'entretenir au mieux.

On entend souvent dire qu’il faut attendre au moins un an avant de laver un jeans pour conserver sa couleur et limiter son usure et c'est vrai! Si vous n'avez pas de tâches sur votre jeans, aérez le mais attendez avant de le laver. Un jeans se lave le moins souvent possible.

Et lorsqu'un lavage est nécessaire, lavez-le en machine sur l’envers avec un programme à 30°C. N'utilisez pas  le sèche-linge (en particulier si votre toile contient de l’élasthanne). Laissez plutôt votre création sécher à l’air libre pour ne pas la déformer. 

Je suis ravie de m'être replongée dans l'histoire de cette pièce emblématique pour vous faire cet article... J'espère qu'il vous plait autant qu'à moi! N'hésitez pas à me le dire en commentaire 😊

A vos aiguilles!